Choisissez votre langue

Search

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Selon un sondage réalisé par l'Institut pour le climat de BMO auprès des chefs d'entreprise, près de la moitié des chefs d'entreprise des États-Unis et du Canada croient que les changements climatique

  •  Temps de lecture Clock/
  • ÉcouterÉcouter/ ArrêterArrêter/
  • Agrandir | Réduire le texte Text

 

  • Les chefs d'entreprise sont de plus en plus attentifs à l'impact du climat sur le fonctionnement de leur entreprise

  • Un nombre croissant d'entreprises se tournent vers les marchés de compensation des émissions de carbone pour atténuer le changement climatique, mais très peu d'entre elles ont mis en place une stratégie

  • La majorité des chefs d'entreprise souhaitent en savoir plus sur les options financières permettant d'améliorer la résistance au changement climatique.

MONTRÉAL, le 25 oct. 2023 /CNW/ - Selon le deuxième sondage annuel de l'Institut pour le climat de BMO auprès des chefs d'entreprise, les répercussions commerciales des changements climatiques incitent davantage de chefs d'entreprise à envisager des plans d'atténuation, en particulier aux États-Unis. Basés sur un sondage mené auprès de 700 chefs d'entreprise aux États-Unis et au Canada, les résultats de 2023 révèlent les raisons pour lesquelles les entreprises prennent de plus en plus de mesures, la façon dont elles envisagent le risque climatique, ainsi que les défis et les possibilités auxquels elles sont confrontées dans leur transition vers la carboneutralité.

« Inspirée de notre raison d'être, qui consiste à avoir le cran de faire une différence dans la vie, comme en affaires, l'ambition climatique de BMO est d'être le principal partenaire de nos clients dans la transition vers un monde carboneutre, a déclaré Melissa Fifield, chef, Institut pour le climat de BMO. Alors que nous progressons vers cet objectif, le sondage de l'Institut pour le climat de BMO auprès des chefs d'entreprise nous aide à comprendre comment les entreprises perçoivent le changement climatique. Près de la moitié d'entre elles en ressentent déjà les effets sur leurs affaires et beaucoup d'autres s'attendent à en ressentir les effets dans moins de cinq ans. Les informations que nous tirons de cette étude nous aident à faire avancer le débat sur les défis et les occasions de la transition énergétique et à répondre aux besoins croissants de nos clients dans ce domaine. »

Bien que d'autres priorités commerciales continuent de primer, de nombreuses personnes interrogées ressentent déjà les effets du changement climatique et réfléchissent aux mesures qu'elles peuvent prendre.

Même si, comme en 2022, des préoccupations telles que l'inflation et les taux d'intérêt (89 pour cent), les pénuries de main-d'œuvre (76 pour cent) et les goulets d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement (75 pour cent) continuent de peser lourdement, les chefs d'entreprise accordent de plus en plus d'attention au changement climatique :

  • près de la moitié (48 pour cent) des chefs d'entreprise interrogés pensent que le changement climatique affecte déjà leur entreprise et un nombre encore plus important (81 pour cent) prévoient qu'il affectera leur entreprise au cours des cinq prochaines années;

  • 32 pour cent des entreprises ont mis en place un plan pour y faire face - une augmentation de 6 pour cent par rapport à l'année dernière - et 35 pour cent sont en train d'en élaborer un;

  • les chefs d'entreprise américains (38 pour cent) sont plus susceptibles d'aller de l'avant avec des plans (en hausse de 10 pour cent), comparativement au Canada où seulement 27 pour cent ont un plan en place (en hausse de 3 pour cent).

Bien que les chefs d'entreprise soient légèrement moins confiants dans leur capacité à faire la différence en matière d'émissions de gaz à effet de serre, le sondage a identifié les actions considérées comme ayant le plus d'impact :

  • 76 pour cent des entreprises canadiennes et américaines ont choisi d'utiliser des ressources renouvelables, compostables et recyclables;

  • 61 pour cent ont choisi de suivre et de gérer les émissions de la chaîne d'approvisionnement et de réduire les déplacements;

  • plus de la moitié (53 pour cent) ont choisi d'acheter des crédits de carbone, soit une augmentation de 6 pour cent par rapport à 2022, et une hausse de 8 pour cent au Canada seulement.

Outre les politiques climatiques des gouvernements et du secteur d'activité, les chefs d'entreprise se tournent de plus en plus vers les institutions financières pour trouver des solutions.

De nombreux chefs d'entreprise pensent que les gouvernements et les secteurs d'activité pourraient proposer des politiques plus réalistes pour les aider. Les politiques industrielles continuent d'être perçues comme plus souples par l'ensemble des entreprises, en particulier au Canada où seulement 44 pour cent des entreprises les trouvent ambitieuses (10 pour cent trop ambitieuses, 34 pour cent ambitieuses mais réalisables).

Aux États-Unis :

  • 39 pour cent des personnes interrogées estiment que les politiques de lutte contre le changement climatique définies par le gouvernement sont trop ambitieuses pour être réalisées (soit une hausse de 18 pour cent par rapport à l'année dernière), 34 pour cent pensent qu'elles sont ambitieuses mais réalisables et 24 pour cent qu'elles sont indulgentes;

  • 25 pour cent sont plus enclins à dire que le gouvernement les soutient fortement dans l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan leur permettant d'atteindre des objectifs climatiques réalistes, soit 6 pour cent de plus que l'année dernière.

Au Canada :

  • 45 pour cent sont plus susceptibles de trouver les politiques gouvernementales réalisables - comme l'année dernière - et seulement 3 pour cent des dirigeants pensent que les politiques de leur gouvernement sont justes;

  • 10 pour cent ont déclaré qu'ils se sentaient fortement soutenus pour établir et poursuivre un plan climatique réaliste.

La majorité (68 pour cent) des chefs d'entreprise continue de penser que les institutions financières pourraient jouer un rôle en aidant les entreprises à devenir plus respectueuses du climat. Vingt-deux pour cent d'entre eux (28 pour cent aux États-Unis et 15 pour cent au Canada) affirment qu'elles jouent déjà ce rôle, tandis que 46 pour cent disent qu'elles doivent faire davantage. Parmi les produits et services proposés par les institutions financières :

  • 77 pour cent des dirigeants sont intéressés par la capacité à générer des idées sur la manière dont les entreprises peuvent s'adapter et prospérer dans un paysage climatique en évolution;

  • 77 pour cent sont intéressés par des primes financières pour atteindre les objectifs liés au climat, y compris des prêts à taux réduit et des taux de dépôt plus élevés;

  • 76 pour cent apprécient une analyse plus poussée de la manière dont le changement climatique affectera leur entreprise;

  • 75 pour cent sont intéressés par un ensemble personnalisé de produits et de services de conseil, d'investissement et de prêts écologiques pour soutenir les investissements liés au climat;

  • 74 pour cent (78 pour cent des Canadiens et 70 pour cent des Américains) recherchent un moyen plus facile de suivre les émissions de gaz à effet de serre;

  • 67 pour cent (70 pour cent des Canadiens et 65 pour cent des Américains) souhaitent obtenir de l'aide pour compenser les émissions de carbone et échanger des crédits de carbone à l'échelle mondiale.

« Les résultats du sondage révèlent que 61 pour cent des dirigeants qui ont un plan d'action le font parce qu'ils pensent que c'est bon pour leur entreprise, tandis que ceux qui n'ont pas de plan d'action recherchent des conseils et du soutien pour atténuer les effets des changements climatiques sur leur entreprise, a indiqué Michael Torrance, chef de la durabilité, BMO. Les chefs d'entreprise nous disent qu'ils apprécient les produits, les services et les mesures incitatives qui les aideront à réduire leur empreinte, ainsi que les conseils qui les aideront à s'adapter et à prospérer dans un contexte en constante évolution. En tant que partenaire principal de nos clients dans la transition vers un monde carboneutre, BMO peut répondre à ces besoins et les aider à progresser en contribuant à leur compréhension des risques climatiques, en les conseillant sur leurs plans climatiques et en discutant de leurs options financières. »

BMO offre une gamme de produits et de services pour aider les entreprises clientes à faire la transition vers un monde carboneutre, notamment :

L'Institut pour le climat de BMO

Créé en 2021, l'Institut pour le climat de BMO est un centre d'expertise en matière de climat qui fait le pont entre la science, les politiques, les finances et l'économie afin de contribuer à accélérer les solutions aux changements climatiques. Il soutient les clients en collaborant avec le secteur, le secteur public, les universités et les investisseurs, et sert de ressource en matière de décarbonation, de résilience, d'impact social et de biodiversité.

Le deuxième sondage annuel mené par l'Institut pour le climat de BMO auprès des chefs d'entreprise a été réalisé par Pollara auprès de plus de 700 chefs d'entreprise aux États-Unis et au Canada, entre le 3 et le 24 août 2023. Pour un lien vers le rapport, cliquez ici.

À propos de BMO Groupe financier

Fort d'actif total de 1 250 milliards de dollars au 31 juillet 2023, BMO Groupe financier est la huitième banque en importance pour son actif en Amérique du Nord. Depuis plus de 200 ans et toujours là pour ses clients, BMO est une équipe diversifiée d'employés hautement engagés qui offre à 13 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, de la gestion de patrimoine, des marchés mondiaux et des services de banque d'affaires, au Canada, aux États-Unis et dans certains marchés mondiaux. Animé par une seule raison d'être : avoir le cran de faire une différence dans la vie, comme en affaires, BMO s'engage à susciter des changements positifs dans le monde et à favoriser le progrès vers une économie prospère, un avenir durable et une société plus inclusive.

SOURCE BMO Groupe Financier

Pour plus de renseignements: Relations avec les médias : Marie-Catherine Noël, Montréal, Mariecatherine.noel@bmo.com, 514-715-7327

LIRE LA SUITE

Autre contenu intéressant