Choisissez votre langue

Search

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Une lueur au bout du tunnel

COVID-19 : Faits saillants 15 avril 2020
COVID-19 : Faits saillants 15 avril 2020

 

Après des semaines d’augmentation des taux d’infection et de décès en Amérique du Nord, tout porte à croire que l’épidémie de COVID-19 atteint son pic au Canada et aux États-Unis, sous l’effet des mesures de distanciation sociale et d’éloignement physique, a indiqué le Dr John Whyte, premier directeur médical de WebMD, lors d’une conférence téléphonique de BMO Marchés des capitaux cette semaine.

Après des semaines d’augmentation des taux d’infection et de décès en Amérique du Nord, tout porte à croire que l’épidémie de COVID-19 atteint son pic au Canada et aux États-Unis, sous l’effet des mesures de distanciation sociale et d’éloignement physique, a indiqué le Dr John Whyte, premier directeur médical de WebMD, lors d’une conférence téléphonique de BMO Marchés des capitaux cette semaine.

« Le pic a vraisemblablement été atteint à bien des endroits en Amérique du Nord », a affirmé le Dr Whyte, qui a été directeur des affaires professionnelles et de l’engagement des intervenants au centre d’évaluation et de recherche sur les médicaments de la USFDA avant de se joindre à WebMD. « Ce n’est pas nécessairement le cas dans toutes les villes ou toutes les provinces, mais l’aplatissement de la courbe constaté dans plusieurs d’entre elles marque un point tournant qui nous amènera maintenant à parler de la façon de modifier nos stratégies d’atténuation de l’épidémie. »

Au 14 avril, près de deux millions de personnes avaient contracté le coronavirus dans le monde et environ 126 000 d’entre elles en étaient décédées.

Au Canada, les chiffres étaient d’environ 27 000 cas et 903 décès, en majorité en Ontario et au Québec, provinces les plus peuplées du pays.



Les régions du pays ne sont pas toutes rendues au même point de la courbe. Le Dr Whyte souligne qu’en plus de constater un pic dans des secteurs de forte contagion comme New York, nous avons des raisons de penser que les infections et les décès vont plafonner d’ici la fin du mois dans d’autres États où l’on prévoyait auparavant que cela n’arriverait pas avant mai.

« Nous commençons à voir poindre la lumière au bout du tunnel, a indiqué le Dr Whyte. C’est la première fois que j’ai l’impression que nous arrivons à cette étape. »

Ayant lieu de croire que le pire est peut-être passé, les responsables gouvernementaux peuvent commencer à plancher sur un redémarrage progressif de l’activité économique.

Sur la côte Est comme la côte Ouest des États-Unis, des gouverneurs discutent de pactes régionaux qui permettraient de coordonner la réouverture de l’économie, possiblement par vagues, et la levée des mesures de confinement rigoureuses.

« La réouverture va d’abord s’initier dans certaines régions, où les mesures d’atténuation ne seront cependant pas toutes supprimées, et il faudra encore s’interroger sur la façon de permettre la reprise de l’activité économique, a souligné le Dr Whyte. En effet, la distanciation sociale, l’éloignement physique et les autres stratégies de ce genre donnent vraiment des résultats. »


US: cases as of April 14, 2020
Cases as of April 14th, 2020

Traitements et tests

Le Dr Whyte a fait état de progrès dans le traitement des symptômes de la maladie, avec plus de 70 médicaments actuellement à l’essai.

Les tests de détection d’anticorps font l’objet d’intenses discussions. La FDA les a autorisés plutôt qu’approuvés, mais d’autres recherches doivent être réalisées dans ce domaine, selon le Dr Whyte.

Au début de la pandémie, les patients placés sous respirateur mouraient presque tous; désormais, certains se rétablissent grâce à de nouveaux traitements.

Aux États-Unis, on parle d’émettre des certificats d’immunité qui permettraient à certaines personnes de retourner travailler. Cependant, le Dr Whyte souligne que des tests beaucoup plus poussés seront nécessaires avant que l’on puisse envisager sérieusement une telle mesure.

« Durant les jours et les semaines qui viennent, il va être de plus en plus question des façons de reprendre le travail. »

LIRE LA SUITE

Autre contenu intéressant