Choisissez votre langue

Search

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

COVID-19 - La hausse ralentit

 

 



Le nombre de cas confirmés de coronavirus et de décès dus à la COVID-19 ne cesse d’augmenter en Amérique du Nord, mais il semble que le taux de croissance des décès commence à ralentir, selon les explications fournies par le Dr John Whyte, médecin-chef de WebMD, lors d’une conférence téléphonique de BMO Marchés des capitaux qui a eu lieu cette semaine.

« Le directeur de la santé publique a annoncé hier que le taux d’augmentation des décès avait ralenti; en d’autres termes, nous recensons de nouveaux cas, mais le taux d’augmentation, lui, est en baisse », a indiqué le Dr Whyte. Ce dernier, qui a été directeur des affaires professionnelles et de l’engagement des intervenants au centre d’évaluation et de recherche sur les médicaments de la USFDA avant de se joindre à WebMD, s’adressait aux spécialistes de BMO Marchés des capitaux réunis en conférence téléphonique pour discuter de l’impact du coronavirus sur les marchés mondiaux.

Le Dr Whyte a par ailleurs souligné l’optimisme manifesté par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) américain quant à l’efficacité des stratégies de prévention. « Donc, dans l’ensemble, j’affiche un optimisme prudent », a-t-il indiqué, avant de préciser que les taux de mortalité pourraient finalement être passablement inférieurs aux prévisions initiales aux États-Unis et ailleurs.

Le président des États-Unis Donald Trump a annoncé cette semaine que les mesures de distanciation sociale seraient prolongées d’au moins un mois. Avec l’augmentation du nombre de tests, les cas déclarés devraient continuer à progresser selon le Dr Whyte, qui s’attend toutefois à ce que l’on atteigne un pic au cours des deux prochaines semaines.

Nombre de cas

Lundi, aux États-Unis, plus de 900 000 tests avaient été réalisés, 143 000 avaient donné un résultat positif et 2 487 personnes avaient succombé à la maladie, ce qui correspond à un taux de mortalité d’environ 1,7 %. Plus de 50 % des nouveaux cas ont été enregistrés à New York et la situation est également préoccupante à Chicago, dans le comté de Cook, à La Nouvelle-Orléans (peut-être à cause du Mardi Gras), à Detroit, en Floride et en Californie. Le Dr Whyte a en revanche observé que 19 états comptaient moins de 200 cas chacun.

Au Canada, 214 400 tests ont été effectués, 6 320 personnes ont reçu un résultat positif et 65 sont décédées des suites de la COVID-19, ce qui correspond à un taux de mortalité d’environ 1 %, selon le Dr Whyte. En outre, 98 % des cas sont considérés comme légers ou modérés, 2 % seulement étant jugés graves ou critiques.

Tests

Les taux de test ont spectaculairement augmenté aux États-Unis ces derniers jours et ces dernières semaines et les capacités de tests vont continuer à croître, à mesure que les autorités sanitaires américaines ouvriront de nouveaux centres de test et multiplieront les trousses d’autodiagnostic, ce qui permettra de réduire les risques de transmission aux travailleurs de la santé.

La multiplication des centres de tests permettra aux autorités sanitaires de modifier leur modèle de test et de l’élargir à des pans plus importants de la population afin de comprendre où et comment la maladie se répand, selon le Dr Whyte.

Des tests commerciaux, dont le résultat peut être connu en quelques minutes, commencent également à faire leur apparition.

« Si vous regardez les chiffres, nous en sommes presque à un million de personnes testées, mais la moitié de ces tests n’ont été réalisés qu’au cours des deux derniers jours », a-t-il expliqué. « Les autorités ont annoncé qu’elles enverraient 50 000 tests par jour à partir du 2 avril, et cela va réellement se répercuter sur le nombre de cas, tant positifs que négatifs. »

On est encore loin d’un vaccin contre la COVID-19, mais le Dr Whyte observe des avancées encourageantes en matière de traitements contre la maladie.

Des raisons d’espérer

À mesure que l’on aura plus de données et, dans la mesure où les mesures de distanciation sociale resteront en vigueur, les autorités espèrent être en mesure d’ajuster leurs stratégies de lutte contre la pandémie et passer de mesures généralisées à des mesures ciblées comme celles qui ont été déployées à Singapour et en Corée du Sud, qui n’ont, pour l’essentiel, pas eu à fermer leurs écoles.

Une technologie de traçage pourrait permettre aux personnes infectées de signaler leur localisation pour que ceux avec lesquels elles ont été en contact étroit puissent être avisés et s’isoler.

Le Dr Whyte a également indiqué que, selon les données en provenance d’autres régions du monde, l’été dans l’hémisphère nord pourrait offrir un répit et entraîner une baisse des taux d’infection similaire à celle des autres virus respiratoires.

« Nous avons également des données qui montrent que le virus n’a pas muté ni changé, ce qui est une bonne nouvelle, puisque c’était une inquiétude », a-t-il indiqué. « Et, toutes choses égales par ailleurs, nous observons un ralentissement du taux d’augmentation des décès à l’heure actuelle, ce qui est important. »

LIRE LA SUITE
John Whyte, MD, MPH

John Whyte, MD, MPH, is a popular physician and writer who has been communicating to the public about health issues for nearly two decades. Whyte is the Chief Medical Officer, WebMD. In this role, Whyte leads efforts to develop and expand strategic partnerships that create meaningful change around important and timely public health issues. Prior to WebMD, Whyte served as the director of profess…

VIEW FULL PROFILE