Choisissez votre langue

Search

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Renseignements

Aucune correspondance

Services

Aucune correspondance

Personnes

Aucune correspondance

Secteurs d’activité

Aucune correspondance

Les prochaines semaines seront déterminantes dans la lutte contre la COVID-19

 


Les prochaines semaines seront déterminantes dans la lutte contre la COVID-19

Les prochaines semaines seront déterminantes pour savoir où en est l’endiguement de la COVID-19 en Amérique du Nord et si les mesures mises en place pour suivre la maladie et en contenir la propagation sont les bonnes ou doivent être modifiées, a déclaré le Dr John Whyte, premier directeur médical de WebMD, lors d’une conférence téléphonique de BMO Marchés des capitaux qui a eu lieu cette semaine.

Le 16 mars, le président Donald Trump a annoncé que les Américains se donnaient 15 jours pour ralentir la progression de la maladie en pratiquant la distanciation sociale, en annulant des événements, en évitant les rassemblements de 10 à 25 personnes et en respectant une bonne hygiène. 

« À mon avis, lorsque nous commencerons à disposer de plus de données sur les résultats de cette stratégie d’atténuation d’ici environ une semaine, nous allons assister à un important changement dans la façon dont nous stratifions les risques de façon à affronter les défis de la distanciation sociale », a affirmé le Dr Whyte.

« Depuis deux ou trois jours, il est de plus en plus question de stratifier la stratégie d’atténuation en fonction des risques. Par exemple, nous commençons à nous demander si le confinement des populations et la fermeture des écoles n’accentuent pas les risques en faisant en sorte que les enfants restent avec leurs parents âgés ou leurs grands-parents », a ajouté le Dr Whyte. Ce dernier, qui a été directeur des affaires professionnelles et de l’engagement des intervenants au centre d’évaluation et de recherche sur les médicaments de la USFDA avant de se joindre à WebMD, s’adressait aux spécialistes de BMO Marchés des capitaux réunis en conférence téléphonique pour discuter de l’impact du coronavirus sur les marchés mondiaux. 

Tests et nombre de cas

Le Dr Whyte a mentionné que les tests s’étaient accélérés aux États-Unis ces derniers jours. Le nombre cumulatif de tests effectués à l’échelle du pays était passé à 254 000 lundi, contre 20 000 à 30 000 la semaine dernière. Cette progression est en grande partie attribuable à la mobilisation du secteur privé et le nombre de tests devrait encore augmenter si des trousses d’autodiagnostic à domicile deviennent accessibles.

« Le nombre de cas va monter rapidement parce que nous testons environ 10 000 personnes par jour, a-t-il indiqué. C’est prévu. Cela ne signifie pas que la situation empire, mais plutôt que nous trouvons de nouveaux cas puisque nous savons qu’il existe une transmission communautaire. »

Les chiffres changent tous les jours. Au moment de la conférence téléphonique, on recensait 351 731 cas de coronavirus et 15 374 décès à l’échelle mondiale. Aux États-Unis, on signalait 414 décès dus au virus sur un total de 34 400 cas, dont 60 % dans les États de Californie, de New York et de Washington. 

Aplatir la courbe

Les autorités luttent pour aplatir la courbe de l’épidémie, en priorité pour préserver la capacité du système de santé de soigner les personnes touchées en ralentissant la progression du virus par des mesures de distanciation sociale. 

« L’aplatissement de cette courbe vise à retarder l’apparition des cas et à en limiter le nombre », a souligné le Dr Whyte. 

Ce dernier a mis en garde contre une comparaison avec les courbes de contagion d’autres pays, et tout particulièrement celle de l’Italie. 

« La population italienne est très différente de la population américaine, a-t-il expliqué. En Italie, la population est plus âgée, la comorbidité est beaucoup plus répandue - 99 % des personnes décédées en Italie présentaient une ou plusieurs comorbidités - les taux de tabagisme et d’obésité sont plus élevés et les stratégies d’atténuation ont débuté beaucoup plus tard. »

« Nous faisons tout ce qu’il faut », a-t-il affirmé, soulignant le recours à des stratégies efficaces de santé publique en fait de distanciation sociale, d’hygiène, de protection de la capacité d’urgence et de réflexion sur les interventions thérapeutiques au moment où débutent les travaux de mise au point d’un vaccin.

Données clés à surveiller

Quelles données clés le Dr Whyte et les autorités sanitaires surveillent-ils?

« Je veux certainement suivre le nombre de décès, mais aussi le nombre de personnes qui se présentent à l’urgence et sont hospitalisées, parce que cette donnée m’en apprendra un peu plus sur notre capacité d’urgence », a-t-il répondu.

Le Dr Whyte prédit que le 31 mars - date fixée par le président Trump pour évaluer les progrès réalisés dans le ralentissement de la maladie - les spécialistes sauront dans quelle mesure les stratégies d’atténuation fonctionnent et où en est le taux de mortalité - indicateur qui revêt une importance capitale.

« Il faudra ensuite voir quels pans de l’économie nous pouvons rouvrir sans accroître le risque de propagation. C’est ce à quoi nous allons commencer à réfléchir. Je ne crois pas que cela se produise le 31 mars; le processus pourrait peut-être débuter quelques semaines plus tard », a-t-il indiqué.

« Nous pourrons peut-être avoir cette conversation dans deux ou trois semaines. »


*La rediffusion de la conférence téléphonique ainsi que le contenu connexe sont en anglais seulement. 

LIRE LA SUITE
John Whyte, MD, MPH

John Whyte, MD, MPH, is a popular physician and writer who has been communicating to the public about health issues for nearly two decades. Whyte is the Chief Medical Officer, WebMD. In this role, Whyte leads efforts to develop and expand strategic partnerships that create meaningful change around important and timely public health issues. Prior to WebMD, Whyte served as the director of profess…

VIEW FULL PROFILE